Laboratoires d’essai en ligne VMware - HOL-1851-03-ADV


Présentation du laboratoire en ligne - HOL-1851-03-ADV - Démarrer avec Horizon 7.1 : App Volumes

Instructions relatives au laboratoire


Remarque : il vous faudra plus de 90 minutes pour suivre ce laboratoire. Durant cette session, vous pourrez terminer un maximum de 2 ou 3 modules.  Les modules sont indépendants. Vous pouvez donc commencer à partir du module de votre choix. Utilisez le sommaire pour accéder au module choisi.

Le sommaire est disponible dans l’angle supérieur droit du manuel du laboratoire.

Ce laboratoire présente VMware App Volumes sur Horizon 7.  Découvrez comment App Volumes assure le provisionnement des applications au sein de la plate-forme de gestion en flux tendus (JMP).  Les participants découvriront comment capturer, gérer et autoriser les applications.  Passez en revue des cas d’usage tels que les applications installées par l’utilisateur et la gestion des paramètres personnels avec le volume inscriptible d’App Volumes. Des thèmes avancés tels que l’évolutivité et les considérations relatives au stockage sont également traités.  

Liste des modules du laboratoire :

 Responsables du laboratoire :

  • Responsable du laboratoire pour les modules 1 à 6 : Vernon Lihou, responsable technique de compte en chef PSO, Royaume-Uni
  • Responsable pour les modules 1 à 6 : Michael McDonnell, ingénieur système en chef, États-Unis

 Vous pouvez télécharger ce manuel de laboratoire depuis le site des documents de laboratoire d’essai en ligne accessible à l’adresse suivante :

http://docs.hol.vmware.com

Ce laboratoire peut être disponible dans d’autres langues.  Le document suivant vous aidera à définir vos préférences linguistiques et à déployer un manuel localisé pour votre laboratoire :

http://docs.hol.vmware.com/announcements/nee-default-language.pdf


 

Emplacement de la console principale

 

  1. La zone délimitée par un cadre ROUGE correspond à la console principale.  Le manuel de laboratoire apparaît dans le volet affiché sur la droite de la console principale.
  2. Des consoles supplémentaires peuvent être utilisées pour certains laboratoires. Elles s’affichent alors dans des onglets distincts en haut à gauche. Vous pourrez, au besoin, être invité à ouvrir une console supplémentaire spécifique.
  3. Au début de votre laboratoire, le minuteur est réglé sur 90 minutes.  Vous ne pouvez pas sauvegarder le laboratoire.  Vous devez effectuer toutes les tâches durant la session de laboratoire.  Vous avez toutefois la possibilité de cliquer sur EXTEND pour obtenir un délai supplémentaire.  Si vous effectuez ce laboratoire dans le cadre d’un événement VMware, vous avez droit à deux prolongations, pour un délai supplémentaire total de 30 minutes.  Chaque clic vous donne droit à 15 minutes supplémentaires.  En dehors des événements VMware, vous pouvez prolonger la durée du laboratoire jusqu’à 9 heures et 30 minutes. Chaque clic vous donne droit à une heure supplémentaire.

 

 

Méthodes alternatives à la saisie de données au clavier

Au cours de ce module, vous serez invité à saisir du texte dans la console principale. Outre la saisie directe au clavier, vous disposez de deux méthodes très utiles facilitant l’entrée des données complexes.

 

 

Cliquer sur une partie du texte du manuel de laboratoire, puis le faire glisser dans la fenêtre active de la console

 
 

Vous pouvez également cliquer sur du texte et des commandes CLI (Command Line Interface) directement à partir du manuel du laboratoire, pour les faire glisser dans la fenêtre active de la console principale.  

 

 

Accès au clavier international en ligne

 

Vous pouvez également utiliser le clavier international en ligne proposé dans la console principale.

  1. Cliquez sur l’icône représentant un clavier dans la barre d’outils Lancement rapide de Windows.

 

 

Invite ou filigrane d’activation

 

Au moment de démarrer le laboratoire, vous remarquerez peut-être sur le bureau un filigrane indiquant que Windows n’est pas activé.  

L’un des principaux avantages de la virtualisation réside dans la possibilité de transférer et d’exécuter une machine virtuelle sur n’importe quelle plate-forme.  Les laboratoires d’essai en ligne tirent parti de cette capacité, qui nous permet de les exécuter depuis différents Data Centers.  Cependant, ces Data Centers ne sont pas tous dotés des mêmes processeurs, ce qui a pour effet de déclencher un contrôle d’activation Microsoft via Internet.

Rassurez-vous, VMware et ses laboratoires d’essai en ligne sont en parfaite conformité avec les conditions de licence de Microsoft.  Le laboratoire que vous suivez est un pod autonome qui ne dispose pas d’un accès complet à Internet, dont Windows a besoin pour vérifier l’activation.  L’absence d’un accès complet à Internet provoque l’échec de ce processus automatisé, d’où l’apparition du filigrane.

Ce problème superficiel est sans incidence sur votre laboratoire.  

 

 

Observez la partie inférieure droite de l’écran

 

Vérifiez que toutes les routines de démarrage ont été exécutées et que le laboratoire est prêt à démarrer. Si l’état affiché est différent de « Ready », patientez quelques minutes.  Si le laboratoire n’est toujours pas à l’état « Ready » au bout de 5 minutes, demandez de l’aide.

 

Module 1 : Présentation d’App Volumes (30 minutes)

Introduction


Vous trouverez dans ce module les avantages liés à l’utilisation d’App Volumes dans différents cas d’usage.


 

Qu’est-ce que VMware App Volumes ?

 

VMware App Volumes est un système de fourniture d’applications en temps réel que le département informatique peut utiliser pour fournir et gérer des applications de façon dynamique. Il n’est pas nécessaire de modifier les postes de travail ou les serveurs RDS pour travailler avec App Volumes. En effet, les applications se comportent comme si elles étaient installées en natif. La solution App Volumes peut évoluer facilement et à moindre coût, sans nuire à l’expérience utilisateur. Les applications sont gérées de manière centralisée et déployées sur les postes de travail via des disques virtuels.

 

 

Quel est le principe de fonctionnement d’App Volumes ?

 

Dans les environnements de postes de travail actuels, la demande de fourniture d’applications en temps réel met souvent les infrastructures existantes sous pression. VMware App Volumes résout ce problème en virtualisant les applications au-dessus du système d’exploitation (SE) et en offrant des solutions différentes de la gestion par machine virtuelle. Les applications virtualisées au-dessus du SE sont fournies comme si elles étaient installées en natif, sans modification, dans différentes configurations et pour plusieurs groupes d’utilisateurs. La virtualisation des fichiers et des registres permet d’organiser les applications en conteneurs de gestion des applications. Cette configuration exploite les services existants de stockage et de réseau, réduit la charge et le traitement des infrastructures, et simplifie la gestion du cycle de vie des applications.

Comme l’illustre la Figure 1, les conteneurs de gestion des applications se situent au-dessus du système d’exploitation du poste de travail sur lequel est installé un agent App Volumes. Les applications, les fichiers de données, les middlewares et les configurations se trouvent dans des conteneurs distincts et en couches.

Il existe deux types de conteneurs App Volumes :

Les administrateurs utilisent l’App Volumes Manager, une interface en ligne intégrée à Active Directory (AD) et à VMware vSphere pour la création des AppStacks et la gestion des droits applicatifs. Les installations d’applications enregistrées dans les AppStacks sont stockées dans des volumes partagés sur des disques virtuels. Ces applications ne nécessitent pas de format de packaging ni de technologie de snapshot particuliers. De plus, elles sont faciles à provisionner. Pendant le provisionnement des AppStacks, App Volumes enregistre de façon intelligente l’ensemble du processus d’installation des applications. Par ailleurs, les modifications apportées par les installateurs d’applications en natif sont disponibles pour la fourniture aux utilisateurs.

Les administrateurs peuvent facilement fournir des AppStacks provisionnés à un système unique, un utilisateur ou un groupe. Les applications fournies par App Volumes se présentent comme si elles étaient installées en natif. Elles suivent les utilisateurs d’une session et d’un périphérique à un autre, en fonction des données et des choix des administrateurs. Les administrateurs peuvent mettre à jour ou remplacer des applications en temps réel et supprimer n’importe quelle application affectée, soit immédiatement, pendant que l’utilisateur est encore connecté, soit lors de la prochaine connexion ou du prochain redémarrage, conformément aux bonnes pratiques de VMware.

Avec un volume inscriptible, les données utilisateur, telles que les applications installées par l’utilisateur, suivent l’utilisateur d’un système à l’autre. Le volume inscriptible enregistre tous les paramètres appliqués par l’utilisateur à une application. Il peut s’agir de paramètres pour une application qui se trouve soit sur un AppStack, soit sur le volume inscriptible de l’utilisateur. VMware User Environment Manager vient compléter les fonctionnalités des AppStacks d’App Volumes. User Environment Manager permet de gérer de façon plus précise les paramètres d’application de tous les utilisateurs d’un AppStack donné. Il fournit également des règles contextuelles permettant d’adapter l’application des règles en fonction des conditions et des événements. User Environment Manager permet aussi de gérer les paramètres d’application des volumes inscriptibles affectés à des utilisateurs.

 

 

Fourniture d’applications et gestion en temps réel (JMP)

 

 

 

JMP : Plate-forme de nouvelle génération pour la fourniture de postes de travail et d’applications

JMP (prononcé « jump ») correspond aux fonctionnalités de VMware Horizon 7 Édition Entreprise qui fournissent des postes de travail et des applications en flux tendu de façon souple, rapide et personnalisée. JMP est constitué des technologies VMware suivantes :

JMP permet aux composants d’un poste de travail ou d’un serveur RDSH d’être dissociés et gérés indépendamment de façon centralisée, en les reconstituant ensuite à la demande pour assurer la fourniture d’un espace de travail utilisateur personnalisé au besoin. JMP est pris en charge avec les déploiements Horizon 7 on premise et dans le Cloud, offrant ainsi une plateforme de gestion unifiée et cohérente quelle que soit la topologie de votre déploiement. L’approche JMP offre plusieurs avantages essentiels, notamment la gestion simplifiée des images des postes de travail et des RDSH, la fourniture et la maintenance accélérées des applications, ainsi que l’élimination du besoin de gérer des postes de travail « entièrement permanents ».

 

 

Récapitulatif des avantages d’App Volumes

Avec App Volumes, les applications sont des objets pouvant être facilement déplacés d’un Data Center à un autre ou dans le Cloud, et partagés avec des milliers de machines virtuelles. Dans un environnement de poste de travail virtuel, App Volumes offre les avantages suivants :

Fourniture d’applications dynamique et en temps réel dans les environnements virtualisés

Expérience utilisateur permanente au fil des environnements non permanents

Gestion du cycle de vie des applications

Réduction des coûts d’infrastructure VDI et efficacité accrue

 

Présentation des composants d’App Volumes


Un environnement VMware App Volumes est typiquement constitué de quelques composants qui interagissent entre eux, ainsi que d’une infrastructure externe.


 

Récapitulatif des composants

Veuillez consulter le tableau ci-dessous qui présente chacun des composants à l’aide d’une brève description.

 

 

Présentation de la console d’App Volumes Manager


Dans cette section, nous allons passer en revue l’App Volumes Manager en vue d’assurer la gestion quotidienne de l’infrastructure d’App Volumes.

Remarque : n’hésitez pas à explorer, mais veuillez ne rien modifier sinon vous risquez de changer les résultats des sections suivantes du laboratoire.


 

Lancement de Google Chrome

 

  1. Sur le bureau de la console principale, lancez le navigateur Google Chrome si vous ne l’avez pas déjà ouvert.

 

 

Console de gestion d’App Volumes

 

  1. Cliquez sur le raccourci App Volumes Manager.
  2. Connectez-vous en utilisant l’identifiant administrator.
  3. Mot de passe : VMware1!
  4. Assurez-vous que le domaine est CORP
  5. Cliquez sur Login

 

Conclusion


Dans ce module, nous avons présenté App Volumes et ses composants, puis découvert la console de l’App Volumes Manager.


 

Félicitations, vous avez terminé le module 1

 

Félicitations ! Vous avez terminé le module 1.

Pour plus d’informations sur VMware App Volumes, essayez l’un des environnements de laboratoire suivants :

Poursuivez avec l’un des modules ci-dessous selon le thème qui vous intéresse.

 

 

Module 2 : Gestion des AppStacks (30 minutes)

Introduction


Dans ce module, nous allons passer en revue la création, le provisionnement et l’affectation d’un AppStack.

Le module 2 comprend les leçons suivantes :


Création d’un AppStack


Dans cette partie, nous allons passer en revue le processus de provisionnement d’un AppStack.


 

Lancement de Google Chrome

 

  1. Sur le bureau de la console principale, lancez le navigateur Google Chrome si vous ne l’avez pas déjà ouvert.

 

 

Console de gestion d’App Volumes

 

  1. Ouvrez un nouvel onglet dans Chrome.

 

  1. Cliquez sur le raccourci App Volumes Manager.
  2. Connectez-vous en utilisant l’identifiant administrator.
  3. Mot de passe : VMware1!
  4. Cliquez sur Login

Après l’authentification, vous accédez au tableau de bord d’App Volumes.

 

Provisionnement d’un AppStack


L’AppStack est désormais créé. Nous allons maintenant capturer une application dans cet AppStack que nous allons ensuite assigner à un utilisateur.


 

Provisionnement

 

  1. Cliquez sur Provision pour lancer la procédure.

Cette procédure doit être suivie avec attention. Veuillez tenir compte des différentes alertes qui peuvent s’afficher au fur et à mesure, en vous précisant quand cliquer sur OK !

 

 

Recherche

 

  1. Saisissez base, puis cliquez sur Search.
  2. Cliquez sur le bouton radio en regard de CORP\BASE-W10-X64-01$.
  3. Cliquez sur Provision.

*Remarque : l’agent de provisionnement sur le poste de travail Windows se lance alors pour démarrer le « mode capture » et relier l’AppStack Skype à la VM, prête pour l’installation.

 

  1. Cliquez sur Start Provisioning.

 

*App Volumes vous aide en indiquant à nouveau l’étape suivante à suivre.

 

 

Installation de vos applications

 

  1. Accédez à l’onglet base-w10-x64-01.
  2. Si vous avez été déconnecté, connectez-vous en cliquant sur Send Ctrl+Alt+Delete.
  3. VMware1! comme mot de passe.
  4. Cliquez pour vous connecter.

 

SI cette erreur se produit, ne tenez pas compte du message concernant « Flex Config File Path ». N’hésitez pas à fermer les fenêtres contextuelles contenant ce message !

 

Vous vous trouvez maintenant en mode provisionnement et cette fenêtre DOIT rester ouverte jusqu’à ce que toute l’installation soit terminée. Avant de poursuivre, assurez-vous que vous voyez la bannière de notification relative au provisionnement de VMware App Volumes !

  1. Cliquez sur l’icône Dossier.

 

  1. Accédez à \\controlcenter\tools.
  2. Cliquez sur SkypeSetup.

 

  1. Assurez-vous de décocher la case « Always ask before opening this file ».
  2. Cliquez sur Run.

 

  1. Cliquez sur Next.

 

  1. Cochez la case « I accept the terms in the Licensing Agreement ».
  2. Cliquez sur Next.

 

  1. Cliquez sur Next.

 

  1. Cliquez sur Install.

 

  1. Cliquez sur Finish.

 

  1. Une fois terminé, fermez la fenêtre de connexion « Sign in ».

 

 

Cliquez sur OK

 

  1. Cliquez sur OK.

 

  1. Cliquez sur Yes.

 

  1. Cliquez sur OK.

Votre ordinateur redémarre alors et s’assure que la capture est terminée. Pour finaliser la procédure, vous devez néanmoins attendre le redémarrage du poste de travail, puis vous reconnecter à la VM. Ne retournez pas à l’App Volumes Manager avant d’avoir terminé cette étape.

 

  1. Accédez à l’onglet base-w10-x64-01 (si vous n’êtes pas encore dessus).
  2. Après le redémarrage, connectez-vous en cliquant sur Send Ctrl+Alt+Delete.
  3. VMware1! comme mot de passe.
  4. Cliquez pour vous connecter.

 

 

  1. Cliquez sur OK.

 

 

Accès à l’App Volumes Manager (tableau de bord)

 

  1. Accédez à l’onglet App Volumes Manager.
  2. Veuillez noter que la capture de l’application a été effectuée avec succès et que l’icône indique que Skype est installé dans l’AppStack.

 

Affectation d’un AppStack



 

Affectation d’un AppStack d’App Volumes

 

  1. Cliquez sur Assign.


 

Nous allons assigner l’AppStack à RDSH-01A, car Lab1User fait déjà partie du groupe d’utilisateurs pouvant accéder à ce serveur RDSH. Nous voulons faire en sorte que tous les utilisateurs qui se connectent à ce serveur RDSH puissent accéder à cette application. Il est cependant possible de limiter l’affectation à un seul utilisateur par poste de travail, si vous le souhaitez.

  1. Dans le champ « Search Active Directory », saisissez rdsh.
  2. Cliquez sur Search.
  3. Cochez la case en regard de CORP\RDSH-01A$.
  4. Cliquez sur Assign.

 

  1. Cochez la case Attach AppStack immediately.
  2. Cliquez sur Assign.

 

  1. Cliquez sur Edit.

 

  1. Cochez la case Windows Server 2012 R2 (x64), puis acceptez tous les messages qui s’affichent dans des fenêtres contextuelles.

Nous avons effectué cette capture sur une machine Windows 10 et nous devons nous assurer que l’affectation est possible sur un serveur R2 2012. Pour en savoir plus, veuillez consulter le prochain module portant sur les « octrois de droits ». Nous allons nous servir de l’AppStack Skype capturé sur Windows 10 pour l’affecter à un serveur RDSH Horizon.

  1. Cliquez sur Save.

Remarque : nous avons capturé l’application Skype sur Windows 10 pour la tester sur un serveur RDSH R2 2012, par contre nous procédons différemment en production ! Assurez-vous que la capture et l’affectation s’effectuent avec la même version de système d’exploitation que celle vers laquelle vous souhaitez affecter l’AppStack (si vous capturez sur Server 2012 R2, affectez vers Server 2012 R2).

 

  1. Cliquez sur Save.

 

 

Machine affectée

Comme l’AppStack est affecté à la machine dans le cadre de cet exercice, nous devons tout d’abord redémarrer le serveur RDSH.

 

Si vous avez fermé l’onglet vCenter, commencez par ouvrir nouvel onglet dans Chrome.

  1. Cliquez sur le raccourci HOL-1851 Admin.
  2. Cliquez sur vCenter HTML5 Client.

 

  1. Cliquez sur Use Windows session authentication.

Remarque : en cas d’échec de cette étape, utilisez les identifiants suivants :

Nom d’utilisateur : corp\administrator

Mot de passe : VMware1!

  1. Cliquez sur Login.

 

  1. Effectuez un clic droit sur rdsh-01a (sous RegionA01-IC01).
  2. Sélectionnez Power.
  3. Cliquez sur Restart Guest OS.

 

  1. Cliquez sur OK.

 

  1. Avant de passer à l’étape suivante, assurez-vous que le serveur RDSH est opérationnel.

 

 

Test de l’AppStack

 

  1. Ouvrez un nouvel onglet en haut de la fenêtre Chrome.
  2. Sélectionnez le raccourci Horizon dans la barre de favoris.

 

  1. Si l’invite de VMware Horizon s’affiche, cliquez sur l’option VMware Horizon HTML Access.
  2. Sinon, continuez pour vous connecter.

 

  1. Nom d’utilisateur : lab1user
  2. Mot de passe : VMware1!
  3. Cliquez sur Login.

 

  1. Cliquez sur RDS Desktop.

 

L’application Skype doit maintenant être prête à l’emploi sur le poste de travail. Félicitations, vous venez d’affecter votre premier AppStack avec succès.

 

  1. Effectuez un clic droit sur le symbole Windows.
  2. Cliquez sur Sign Out.

 

Conclusion


Ce module vous a permis de créer votre premier AppStack, de provisionner un AppStack, puis de l’affecter à un utilisateur. Pour en savoir plus sur l’octroi de droits avec les AppStacks, passez au module suivant.


 

Félicitations, vous avez terminé le module 2

 

Félicitations ! Vous avez terminé le module 2.

Pour plus d’informations sur VMware App Volumes, essayez l’un des environnements de laboratoire suivants :

Poursuivez avec l’un des modules ci-dessous selon le thème qui vous intéresse.

 

 

 

Comment terminer le laboratoire

 

  1. Pour terminer votre laboratoire, cliquez sur le bouton END.  

 

Module 3 : Octroi de droits aux applications via des AppStacks (30 minutes)

Introduction


Ce module porte sur les octrois de droits aux applications utilisées dans les AppStacks.

Le présent module comprend les leçons suivantes :

 


Octroi de droits avec des AppStacks


Dans cette partie, nous allons passer en revue la procédure d’importation et d’affectation d’AppStacks.


 

Lancement de Google Chrome

 

  1. Sur le bureau de la console principale, lancez le navigateur Google Chrome si vous ne l’avez pas déjà ouvert.

 

 

Console de gestion d’App Volumes

 

Ouvrez un nouvel onglet dans Chrome.

  1. Cliquez sur le raccourci App Volumes Manager.
  2. Connectez-vous en utilisant l’identifiant administrator.
  3. Mot de passe : VMware1!
  4. Cliquez sur Login

Après l’authentification, vous accédez au tableau de bord d’App Volumes.

 

 

Importation d’un AppStack

 

  1. Cliquez sur l’onglet VOLUMES.
  2. Cliquez sur AppStacks.
  3. Cliquez sur Import AppStacks.

 

L’importation d’AppStacks vers App Volumes est très simple. Elle permet de réutiliser les AppStacks (une seule création pour plusieurs utilisations).

Si vous disposez d’AppStacks préconfigurés ou que vous utilisez des AppStacks issus d’un autre déploiement, vous pouvez les importer en suivant les étapes simples décrites ci-après.

Préalables : À l’aide de vCenter Server, sélectionnez une banque de données, créez un nouveau dossier, puis téléchargez les AppStacks dans ce dossier. Nous vous avons réalisé cette étape.

  1. Dans le champ Path, effacez le chemin déjà indiqué, puis saisissez oo_appstack.
  2. Cliquez sur Import.

 

  1. Cochez la case Import Volumes Immediately.
  2. Cliquez sur Import.

 

  1. Accédez à VOLUMES>AppStacks, puis développez Open Office 4.1.3.

Félicitations ! Vous venez d’importer votre premier AppStack avec succès.

*Laissez la fenêtre ouverte pour commencer l’affectation de l’AppStack.

 

 

Affectation d’un AppStack à un utilisateur de poste de travail Windows

 

*Remarque : un AppStack est désormais créé, sans être encore affecté. Il est possible d’affecter un AppStack à des postes de travail Windows ou RDSH. Dans cet exemple, nous allons examiner une affectation Windows.

  1. Sélectionnez l’AppStack OpenOffice et cochez-le.
  2. Cliquez sur Assign.

 

  1. Dans le champ « Search Active Directory », saisissez lab3.
  2. Cliquez sur Search.
  3. Cochez la case de l’utilisateur sélectionné.
  4. Cliquez sur Assign.

 

  1. Conservez les valeurs par défaut, puis cliquez sur Assign.

 

 

Accès à base-w10-x64-01

 

  1. Accédez à l’onglet base-w10-x64-01 dans le navigateur Chrome.

 

  1. Sélectionnez le nouvel onglet intitulé base-w10-x64-01 en haut.
  2. Cliquez sur Send Ctrl+Alt+Delete.

 

  1. Cliquez sur Other user.

 

  1. Dans le champ du nom d’utilisateur, saisissez lab3user.
  2. Dans le champ du mot de passe, saisissez VMware1!.
  3. Cliquez pour continuer.

 

  1. Si des erreurs « Flex Config File Path » se produisent, veuillez ne pas en tenir compte. Fermez la fenêtre et passez à l’étape suivante.

 

  1. Cliquez sur l’icône OpenOffice.
  2. Cliquez et acceptez les paramètres par défaut pour terminer (defaults>finish).

Un AppStack OpenOffice 4 est désormais affecté à LAB3USER. Félicitations!

  1. Effectuez un clic droit, puis déconnectez-vous du poste de travail et retournez à l’onglet App Volumes.

 

 

Lab3User : Groupe Horizon

Maintenant que l’AppStack a été importé et testé sur un poste de travail Windows 10 avec Lab3user, nous pouvons également l’affecter à un serveur RDSH. Les étapes suivantes vous permettront de vous familiariser avec la gestion des droits de cet AppStack, notamment les autorisations d’accès à Active Directory et l’affectation d’App Volumes. Si vous êtes à l’aise avec les AppStacks RDSH tel que décrit dans le précédent test avec Skype, n’hésitez pas à passer au module suivant.

 

Tout d’abord, nous devons ajouter Lab3user au groupe Horizon afin d’activer l’accès au serveur RDSH.

Sur la console principale, effectuez ce qui suit :

  1. Cliquez sur le bouton de démarrage Windows.
  2. Saisissez dsa.msc.
  3. Effectuez un double clic.

 

 

  1. Cliquez sur corp.local.
  2. Cliquez sur Users.
  3. Effectuez un double-clic sur Lab 3 User.
  4. Cliquez sur Member Of.
  5. Cliquez sur Add.

 

  1. Saisissez horizon.
  2. Cliquez sur OK.

 

  1. Cliquez sur OK.
  2. Fermez toutes les fenêtres Active Directory ouvertes.

 

 

Affectation d’un AppStack à un poste de travail RDSH

 

  1. Sélectionnez le raccourci Horizon dans la barre de favoris Chrome.

 

  1. Cliquez sur l’option VMware Horizon HTML Access.

 

  1. Nom d’utilisateur : lab3user
  2. Mot de passe : VMware1!
  3. Cliquez sur Login.

 

  1. Cliquez sur RDS Desktop.

 

Vous êtes connecté en tant qu’utilisateur LAB3USER et vous ne pouvez pas voir l’application OpenOffice. En procédant de la sorte, les environnements RDSH sont en effet exclus, bien qu’il soit possible d’affecter un AppStack à des utilisateurs. OpenOffice doit être affecté aux serveurs RDSH et non à l’utilisateur.

Gardez cette fenêtre ouverte. Nous allons envoyer l’AppStack en temps réel sur le poste de travail.

 

Si vous avez été déconnecté ou si vous avez fermé la fenêtre de l’App Volumes Management, connectez-vous en suivant les étapes suivantes.

 

  1. Cliquez sur le raccourci App Volumes Manager.
  2. Connectez-vous en utilisant l’identifiant administrator.
  3. Mot de passe : VMware1!
  4. Cliquez sur Login

Après l’authentification, vous accédez au tableau de bord d’App Volumes.

 

  1. Cliquez sur AppStacks.
  2. Cliquez sur le symbole « + » pour développer Open Office 4.1.3.
  3. Cliquez sur Assign.

 

  1. Dans le champ « Search Active Directory », saisissez rdsh.
  2. Cliquez sur Search.
  3. Sélectionnez CORP\RDSH-01A$.
  4. Cochez la case correspondante.
  5. Cliquez sur Assign.

 

  1. Cochez la case Attach AppStacks immediately.
  2. Cliquez sur Assign.

 

  1. Retournez au poste de travail RDSH. Cliquez sur l’onglet VMware Horizon.
  2. L’AppStack OpenOffice 4 est fourni à l’utilisateur lors de la connexion. C’est très pratique. Félicitations !
  3. Ouvrez l’onglet « Setting ».

 

  1. Cliquez sur Logout.

 

Conseils sur l’intégration RDSH


App Volumes prend en charge l’intégration des AppStacks aux postes de travail partagés et aux applications publiées de Microsoft RDSH. L’intégration RDSH est aussi simple que le déploiement de l’agent App Volumes sur l’hôte RDSH. Une fois l’agent déployé, l’affectation d’AppStack est gérée par le processus d’affectation de la machine (par nom d’ordinateur) dans l’interface de l’App Volumes Manager. Sur les serveurs RDSH, les AppStacks sont affectés à des machines plutôt qu’à des utilisateurs.

Les AppStacks sont associés à l’hôte RDSH. Les utilisateurs ont le droit d’accéder aux postes de travail ou aux applications RDSH via la procédure d’octroi de droits de View.

Les versions 2008 R2 et 2012 R2 de Microsoft Windows Server sont compatibles avec les cas d’usage RDSH impliquant App Volumes. Pour en savoir plus sur l’utilisation d’App Volumes dans un environnement Citrix XenApp d’applications partagées, consultez le document relatif aux remarques sur l’implémentation de VMware App Volumes dans un environnement Citrix XenApp.

Les volumes inscriptibles ne sont pas compatibles avec les affectations RDSH.


Groupes de stockage


Dans ce module, nous allons passer en revue les considérations relatives aux groupes de stockage, ainsi que la planification et la création d’un groupe de stockage.


 

Considérations relatives au stockage

Le stockage affecté à App Volumes contient les fichiers de disque de machine virtuelle utilisés par les AppStacks et les volumes inscriptibles.

Les recommandations et considérations suivantes concernent le stockage des AppStacks.  

Les recommandations suivantes concernent le stockage des volumes inscriptibles.  

  1. Utilisez RAID 10 pour optimiser le stockage des volumes inscriptibles.  
  2. Utilisez des baies de stockage Flash pour les volumes inscriptibles, par exemple :
    • VMware vSAN 6.x
    • EMC XtremIO
    • Pure Storage FlashArray
    • NetApp SolidFire

 

Bonnes pratiques en matière de provisionnement d’applications et de machines virtuelles



 

Bonnes pratiques en matière de création et de provisionnement d’AppStacks

Au moment de créer et de provisionner des AppStacks, tenez compte des bonnes pratiques suivantes :

 

 

Bonnes pratiques en matière de configuration des AppStacks

En cas de conflit entre applications, le dernier AppStack virtualisé est prioritaire. Dans l’App Volumes Manager, utilisez l’option Override Precedence. Dans l’onglet DIRECTORY, cliquez sur le sous-onglet Users, Computers ou Groups, puis sélectionnez un des objets. L’option Override Precedence permet de définir l’ordre des AppStacks. Il peut s’avérer nécessaire de réordonner les AppStacks afin de supprimer les conflits entre applications. Cette option permet également de s’assurer qu’un AppStack contenant une application complémentaire se charge avant un AppStack contenant une application qui requiert l’application complémentaire en question.

 

 

Bonnes pratiques en matière de mise à jour des AppStacks et d’affectation des AppStacks mis à jour

Au moment de mettre à jour des AppStacks et de les affecter, tenez compte des bonnes pratiques suivantes :

 

 

Bonnes pratiques en matière de dimensionnement des AppStacks

Au moment de dimensionner les AppStacks, tenez-compte des bonnes pratiques suivantes :

 

 

Bonnes pratiques en matière de règles de stockage de l’App Volumes Manager

Au moment de configurer les règles de stockage de l’App Volumes Manager, sélectionnez l’option Mount on Host, si possible. Cette option accélère les opérations de montage des AppStacks et des volumes inscriptibles. Elle apporte également de la résilience lorsque vCenter Server n’est pas en ligne.

Remarque : l’option Mount on Host peut ne pas être disponible. Cette fonctionnalité nécessite que le mot de passe du compte ESXi utilisé par l’App Volumes Manager soit le même sur tous les hôtes ESXi.

 

 

Bonnes pratiques en matière de postes de travail clients

Au moment de configurer les postes de travail clients, tenez compte des bonnes pratiques suivantes :

 

Conclusion


Ce module a traité de l’octroi de droits avec les AppStacks, notamment en fournissant des conseils sur l’intégration RDSH, des informations sur les groupes de stockage et des recommandations en matière de bonnes pratiques. Pour en savoir plus sur les volumes inscriptibles, passez au module 4.


 

Félicitations, vous avez terminé le module 3

 

Félicitations ! Vous avez terminé le module 3.

Pour plus d’informations sur VMware App Volumes, essayez l’un des environnements de laboratoire suivants :

Poursuivez avec l’un des modules ci-dessous selon le thème qui vous intéresse.

 

 

 

Comment terminer le laboratoire

 

  1. Pour terminer votre laboratoire, cliquez sur le bouton END.  

 

Module 4 : Volumes inscriptibles (45 minutes)

Introduction


Ce module passera en revue l’utilisation des volumes inscriptibles d’App Volumes.

Le présent module comprend les leçons suivantes :


Utilisation de volumes inscriptibles



 

Volumes inscriptibles

Les volumes inscriptibles d’App Volumes permettent de créer un volume par utilisateur où il est possible d’installer et de configurer de différentes façons les données suivantes, qui sont centrées sur l’utilisateur et le suivent :

Les volumes inscriptibles viennent en complément d’une solution de gestion de l’environnement utilisateur, sans toutefois constituer une solution complète. VMware User Environment Manager complète App Volumes et assure la gestion des paramètres d’application utilisateur utilisés lorsque l’utilisateur se connecte ou qu’une application est lancée. VMware User Environment Manager permet de gérer les données des volumes inscriptibles de façon plus précise. Il fournit également des règles contextuelles permettant d’adapter l’application des règles en fonction des conditions et des événements.

 

Voici les principales différences entre les AppStacks et les volumes inscriptibles :

Une fois que les volumes inscriptibles sont créés et affectés à un utilisateur, celui-ci a la possibilité d’installer et de configurer des applications. Pour que cette fonctionnalité fonctionne correctement, les utilisateurs ont besoin d’autorisations de compte qui permettent d’installer des applications. Pour déterminer les octrois de droits aux utilisateurs, App Volumes s’appuie sur les politiques de Microsoft Windows en matière de sécurité.

 

Création d’un volume inscriptible


Dans ce module, nous allons passer en revue la création d’un volume inscriptible.


 

Lancement de Google Chrome

 

  1. Sur le bureau de la console principale, lancez le navigateur Google Chrome si vous ne l’avez pas déjà ouvert.

 

 

Console de gestion d’App Volumes

 

  1. Cliquez sur le raccourci App Volumes Manager.
  2. Connectez-vous en utilisant l’identifiant administrator.
  3. Mot de passe : VMware1!
  4. Cliquez sur Login

Après l’authentification, vous accédez au tableau de bord d’App Volumes.

 

 

Création d’un volume inscriptible

 

  1. Cliquez sur l’onglet VOLUMES.
  2. Cliquez sur Writables.
  3. Cliquez sur Create Writable.

 

  1. Dans le champ « Search Active Directory », saisissez lab4user.
  2. Cliquez sur Search.

 

  1. Cochez la case CORP\lab4user.
  2. Acceptez le chemin par défaut.
  3. Acceptez le chemin par défaut.
  4. Dépliez le menu déroulant de Source Template et sélectionnez /template_uia_only.vmdk (10GB).
  5. Cochez la case « Prevent user login ».
  6. Cochez la case « Limit the attachment ».
  7. Dans le champ « Only attach when the name of the host computer begins with: », saisissez base.
  8. Cliquez sur Create.

 

  1. Cochez la case Create volumes immediately.
  2. Cliquez sur Create.

 

  1. Cliquez pour développer les informations sur l’utilisateur.

Lab4user dispose désormais d’un volume inscriptible qui suivra l’utilisateur sur toutes les machines virtuelles dont le nom comporte le préfixe « base ».

Nous pouvons maintenant modifier, désactiver, développer ou supprimer le volume inscriptible. Passez à l’étape suivante pour tester le volume inscriptible que vous venez de créer.

 

Exclusions de volumes inscriptibles


Il est possible de définir des emplacements particuliers dans les volumes inscriptibles afin d’empêcher de les rendre persistants d’une session à l’autre ou de les écraser.

En tant qu’administrateur, vous pouvez souhaiter éviter de mettre à jour automatiquement certaines applications. Il est possible que vous préfériez effectuer manuellement la mise à jour des AppStacks contenant ces applications.

Lorsque des applications sont automatiquement mises à jour, elles sont également stockées sur le volume inscriptible. Les fichiers peuvent donc être copiés plusieurs fois. Les applications existantes ne se comportent pas comme prévu ou s’arrêtent complètement. Pour éviter cela, vous pouvez appliquer au niveau du volume inscriptible des exclusions à certains emplacements et chemins de registre.

Vous pouvez également définir des exclusions afin d’éviter d’accumuler des fichiers volumineux et indésirables dans certains dossiers, par exemple les dossiers de téléchargement temporaire.

Important

Les exclusions dans les volumes inscriptibles sont destinées aux administrateurs informatiques ou aux utilisateurs expérimentés qui savent comment se comportent les applications avec App Volumes et souhaitent ajuster la gestion des applications ou l’utilisation des volumes inscriptibles avec les AppStacks.

Avant d’appliquer des exclusions dans les volumes inscriptibles, tenez compte des considérations suivantes :


 

Explication sur la façon de modifier le fichier Snapvol.cfg

Le fichier de configuration snapvol.cfg se trouve dans le dossier racine de chacun des volumes inscriptibles. Il contient notamment des informations sur ce qui doit être capturé ou non sur le volume inscriptible pour une application installée par l’utilisateur ou les données utilisateur.

Le fichier snapvol.cfg contient non seulement les chemins d’accès aux dossiers dans le C:drive des utilisateurs, mais aussi les emplacements de registre servant à effectuer (ou non) des captures, ainsi que les types de fichiers pour un chemin donné, les noms de processus spécifiques, etc.

Ce fichier de configuration permet de personnaliser les volumes inscriptibles en fonction des besoins de l’entreprise. Passons en revue les exclusions dans les volumes inscriptibles.

 

 

Lancement de Google Chrome

 

  1. Sur le bureau de la console principale, lancez le navigateur Google Chrome si vous ne l’avez pas déjà ouvert.

 

 

Console de gestion d’App Volumes

 

  1. Cliquez sur le raccourci App Volumes Manager.
  2. Connectez-vous en utilisant l’identifiant administrator.
  3. Mot de passe : VMware1!
  4. Cliquez sur Login

Après l’authentification, vous accédez au tableau de bord d’App Volumes.

 

 

Création d’un volume inscriptible

 

  1. Cliquez sur l’onglet VOLUMES.
  2. Cliquez sur Create Writable.

 

  1. Dans le champ « Search Active Directory », saisissez administrator.
  2. Cliquez sur Search.

 

  1. Cochez la case CORP\administrator.
  2. Cliquez sur le menu déroulant Source Template.
  3. Sélectionnez « appvolumes/writable_templates/template_uia_plus_profile.vmdk (10GB) ».
  4. Cliquez sur Create.

 

  1. Cochez la case Create volumes immediately.
  2. Cliquez sur Create.

 

L’utilisateur « administrator » dispose désormais d’un volume inscriptible. Passez à l’étape suivante pour tester le volume inscriptible que vous venez de créer.

 

 

Connexion à vCenter

 

  1. Cliquez sur HOL-1851 Admin.
  2. Cliquez sur vCenter HTML5 Client.

 

  1. Cliquez sur Use Windows session authentication.

Remarque : en cas d’échec de cette étape, utilisez les identifiants suivants :

Nom d’utilisateur : corp\administrator

Mot de passe : VMware1!

  1. Cliquez sur Login.

 

 

Mise en route de la base

 

Si BASE-W10-X64-01 est déjà allumé, passez à l’étape Connexion, sinon (PAS DE FLÈCHE VERTE) activez l’image de base.

  1. Effectuez un clic droit sur base-w10-x64-01 (sous RegionA01-IC01).
  2. Sélectionnez Power.
  3. Cliquez sur Power On.

 

 

Connexion : BASE-W10-X64-01 dans la console

 

  1. Cliquez sur base-w10-x64-01.
  2. Cliquez au milieu de la fenêtre de la console Windows.

*Un nouvel onglet doit s’ouvrir en haut.

 

  1. Sélectionnez le nouvel onglet intitulé base-w10-x64-01 en haut.
  2. Cliquez sur Send Ctrl+Alt+Delete.

 

  1. Dans le champ du mot de passe, saisissez VMware1!.
  2. Cliquez pour continuer.

*Une fois le poste de travail chargé avec succès, gardez l’onglet Chrome ouvert, puis passez à l’étape suivante !

 

  1. Effectuez un clic droit sur le symbole de démarrage Windows.
  2. Cliquez sur Run.

 

 

Modification de Snapvol.cfg en fonction des points de montage

 

  1. Dans la fenêtre d’exécution, saisissez C:\snapvolumestemp.
  2. Cliquez sur OK.

 

  1. Cliquez sur le dossier MountPoints.

 

  1. Cliquez sur le volume commençant par {8e399....}.
  2. Ce volume correspond au point de montage actuel.

 

  1. Effectuez un clic droit sur snapvol.cfg, puis sur Open with.

 

  1. Cliquez sur Notepad.
  2. Décochez « Always use this app to open .cfg files ».
  3. Cliquez sur OK.

 

Le fichier « snapvol.cfg » est maintenant prêt à être modifié.          

Lorsque vous modifiez ce fichier dans des environnements de production, assurez-vous de bien comprendre la portée de vos modifications, ainsi que le support de VMware.

Exemple de modification à NE PAS valider : Exclure l’emplacement d’une application.

Les exemples suivants montrent l’exclusion des emplacements du dossier et du registre de Notepad++ de façon à éviter l’écrasement au cours d’une mise à jour.

exclude_uwv_file=\Program Files (x86)\Notepad++
exclude_uvw_reg=\REGISTRY\MACHINE\SOFTWARE\Notepad++

Quelles sont les étapes suivantes ?

Après avoir appliqué toutes les exclusions dans les volumes inscriptibles, vous devez tester l’application pour vous assurer qu’elle fonctionne comme vous le souhaitez.

 

  1. Effectuez un clic droit sur l’icône de démarrage Windows et déconnectez-vous.

 

Après avoir mis à jour votre fichier snapvol.cfg, effectuez ce qui suit :

Fermez la console de gestion d’App Volumes.

 

Utilisation de volumes inscriptibles avec des solutions de gestion de l’environnement utilisateur



 

Solutions VMware User Environment Manager

Cet exercice présente un cas d’usage des fichiers OST d’Outlook à stocker sur le volume inscriptible des utilisateurs. Nous allons rediriger l’emplacement des fichiers OST d’Outlook à l’aide de VMware User Environment Manager.

 

  1. Sur la console principale, connectez-vous à l’aide du raccourci Managment Console d’UEM.

 

  1. Cliquez sur User Environment.
  2. Cliquez sur ADMX-based Settings.
  3. Cliquez sur Outlook 2013 Cache.

 

  1. Cliquez sur Edit Policies.

 

  1. Cliquez sur Show only Configured Settings.
  2. Cliquez sur le symbole + pour développer Microsoft Outlook 2013.
  3. Cliquez sur Default location for OST files.

 

  1. Cliquez sur « Default location for OST Files », puis saisissez (champ déjà rempli) « C:\snapvolumestemp\Writable\Outlook ».
  2. Cliquez sur OK
  3. Fermer la fenêtre Edit Policies.
  4. Cliquez sur Save.

Vous venez de vous assurer que tous les fichiers OST d’Outlook seront écrits dans le volume inscriptible d’App Volumes de cet utilisateur. Pour en savoir plus sur l’utilisation des modèles ADMX et la redirection des applications, veuillez consulter nos modules sur UEM. (*Les ensembles de conditions n’ont pas été configurés de façon à activer cette règle dans UEM).

 

Configuration du stockage avec des volumes inscriptibles



 

Configuration du stockage d’App Volumes

Il est possible de choisir sur quels chemins et banques de données seront stockés les AppStacks et les volumes inscriptibles. Vous pouvez configurer un stockage de type hyperviseur ou VHD In-Guest.

Utilisez un emplacement de stockage accessible à tous les serveurs hôtes des machines virtuelles. Lorsque vous utilisez le mode de fonctionnement en attachement direct du disque de machine virtuelle, l’App Volumes Manager a besoin que le stockage local ou partagé soit configuré sur l’hyperviseur.

Vous pouvez utiliser le stockage hôte local, mais les volumes ne seront associés qu’aux machines virtuelles de l’hôte. L’option permettant d’ajouter de la mémoire disponible apparaît uniquement lorsque l’App Volumes Manager est configuré en mode VHD In-Guest. Sinon, la liste des emplacements de stockage et des banques de données est remplie à partir de vCenter.

 

 

Console de gestion d’App Volumes

 

  1. Cliquez sur le raccourci App Volumes Manager.
  2. Connectez-vous en utilisant l’identifiant administrator.
  3. Mot de passe : VMware1!
  4. Cliquez sur Login

Après l’authentification, vous accédez au tableau de bord d’App Volumes.

 

 

Modification du stockage

 

  1. Cliquez sur l’onglet CONFIGURATION.
  2. Cliquez sur Storage.

 

N’hésitez pas à explorer la page, mais ne modifiez pas les emplacements et ne validez ni n’enregistrez aucune mise à jour du stockage.

  1. AppStacks : Modification possible de l’emplacement de stockage (Storage Location), du chemin de stockage (Storage path) et du chemin d’accès aux modèles (Templates Path).
  2. Writable Volumes : Modification possible de l’emplacement de stockage (Storage Location), du chemin de stockage (Storage path) et du chemin d’accès aux modèles (Templates Path).

Après avoir terminé, veuillez vous déconnecter de l’App Volumes Manager.

 

 

Configuration du stockage de type VHD In-Guest (à titre indicatif uniquement)

Pour utiliser App Volumes en mode VHD In-Guest, les machines sur lesquelles sont installés l’App Volumes Manager et les agents requièrent des autorisations spécifiques pour le partage de fichiers de protocole CIFS.

Procédure

  1. Sur un serveur de fichiers, créez un nouveau dossier vide.
  2. Copiez dans le nouveau dossier le contenu du dossier « Hypervisor\In-Guest VHD » du média d’installation d’App Volumes.
  3. Partagez le dossier et accordez à tout le monde des droits d’accès complets pour le partage des fichiers.
  4. Configurez les autorisations NTFS comme décrit ci-après.

Il est possible d’utiliser un groupe de domaines Active Directory pour gérer les autorisations des rôles suivants :

Voici les autorisations nécessaires à chacun des rôles pour les dossiers NTFS :



Dossier




Gestionnaires




Agents




Agents de capture


apps
Complète
Lecture
Écriture
apps_templates
Lecture
Aucune
Aucune
writable
Complète
Écriture ou Aucune




Remarque
Autorisations en écriture requises par les agents lorsque les autorisations dynamiques ne sont pas activées.




Aucune
writable_templates
Lecture
Aucune
Aucune

 

Conclusion


Ce module passe en revue la création et l’utilisation des volumes inscriptibles et fournit des conseils sur les exclusions et la configuration du stockage.


 

Félicitations, vous avez terminé le module 4

 

Félicitations ! Vous avez terminé le module 4.

Pour plus d’informations sur VMware App Volumes, essayez l’un des environnements de laboratoire suivants :

Poursuivez avec l’un des modules ci-dessous selon le thème qui vous intéresse.

 

 

 

Comment terminer le laboratoire

 

  1. Pour terminer votre laboratoire, cliquez sur le bouton END.  

 

Module 5 : Isolation des applications avec ThinApp (45 minutes)

Introduction


Dans ce module, nous allons examiner l’intégration de ThinApp avec App Volumes.

Le présent module comprend les leçons suivantes :


Raison d’être de ThinApp


 

La latence du réseau est souvent le facteur qui limite l’évolutivité et les performances lorsque les packages ThinApp sont déployés en mode streaming. Pourtant, ThinApp offre des fonctionnalités exceptionnelles en matière d’isolation des applications. Avec App Volumes, les administrateurs peuvent présenter les packages ThinApp comme des applications associées au stockage de façon dynamique au lieu de transférer des données dans le Data Center via le réseau. La latence du réseau liée au système d’exploitation Windows et aux paramètres environnementaux est ainsi supprimée. App Volumes permet de déployer des packages ThinApp en bénéficiant du meilleur des deux mondes avec une distribution en temps réel d’applications isolées et problématiques parallèlement à d’autres applications fournies sur des AppStacks. En intégrant App Volumes dans une infrastructure de postes de travail virtuels, les entreprises peuvent bénéficier du mode de déploiement local des packages ThinApp. Les applications virtuelles ThinApp peuvent être provisionnées au sein d’un AppStack à l’aide de toutes les options de stockage disponibles pour les AppStacks. En employant cette architecture, un package ThinApp peut être partagé par des milliers de postes de travail virtuels via des AppStacks sans avoir besoin de le diffuser en streaming ni de le copier en local.


Sandbox



 

Sandbox ThinApp

Dans ce module, nous allons examiner le rôle joué par « Sandbox » dans le système d’exploitation Windows.

 

ThinApp permet à une application de s’exécuter dans un environnement autonome sans avoir besoin d’être installée de façon conventionnelle sur un système d’exploitation hôte. L’application est composée d’un ou de plusieurs fichiers. exe et éventuellement d’un fichier. dat qui se trouvent tous dans un répertoire unique. Si elle est installée sous forme de fichier .msi ou enregistrée avec regedit, des raccourcis peuvent être créés sur le poste de travail et dans le menu Démarrer. Quelques entrées de registre peuvent également être créées afin de prendre en charge les associations de fichiers et de protocoles. Si elle est installée sous forme de fichier .msi, d’autres entrées de registre sont créées afin d’afficher l’application dans « Add/Remove Programs » ou « Programs and Features ». Hormis ces modifications apportées au système de fichiers hôte et au registre, l’installation de l’application n’a pas d’incidence sur le système d’exploitation hôte.

Si l’application est isolée du système hôte, tous les ajouts, suppressions ou modifications apportés par l’application au système de fichiers ou au registre sont enregistrés dans le sandbox plutôt que dans le système d’exploitation hôte. Le sandbox constitue un répertoire où sont enregistrées ces modifications. Le niveau auquel ces modifications sont enregistrées dans le sandbox plutôt que dans le système d’exploitation hôte dépend des modes d’isolation employés. Voici les trois principales méthodes permettant de configurer l’emplacement du sandbox pour une application :

Si aucune de ces méthodes n’ a été employée, l’emplacement par défaut du sandbox de l’application est %appdata%\thinstall\application, où l’application est remplacée par le nom de l’application tel que défini dans son fichier package .ini.

 

Modes d’isolation


Les trois modes d’isolation suivants s’appliquent à chaque répertoire et sous-répertoire, ainsi qu’aux emplacements de registre :


 

Priorité des données d’application

Lorsqu’une application recherche un fichier ou une valeur de registre, elle interroge ces emplacements dans l’ordre suivant :

  1. Le sandbox de l’application.
  2. Toutes les modifications apportées par l’application pendant l’utilisation du mode d’isolation « WriteCopy » ou « Full ».
  3. Le système d’exploitation virtuel.
  4. L’ensemble des fichiers et des entrées de registre stockés dans le répertoire source du projet sur la machine qui a exécuté l’assistant ThinApp Setup Capture. Toutes ces informations se trouvent dans son fichier .exe ou .dat.
  5. Le système d’exploitation natif.
  6. Toutes les entrées de fichier ou de registre qui existent actuellement sur le système d’exploitation hôte.

Remarque : ThinApp interrompt sa recherche dès que sa requête a abouti.

 

Récapitulatif sur les modes d’isolation et la priorité des données


Cette représentation graphique montre l’incidence des modes d’isolation et permet de savoir à quel endroit les données sont lues ou écrites.

Mode d’isolation Données lues à partir de (jusqu’à ce qu’elles soient trouvées) Données écrites sur
Merged Sandbox Système d’exploitation virtuel Système d’exploitation natif Système d’exploitation natif (si déjà existant dans le système d’exploitation virtuel, modifications apportées au sandbox)
Write Copy Sandbox
Système d’exploitation virtuel
Système d’exploitation natif
Sandbox
Full Sandbox
Système d’exploitation virtuel

Sandbox

VMware App Volumes et ThinApp


En associant App Volumes et ThinApp, vous pouvez fournir des applications virtuelles à des ordinateurs, des utilisateurs ou des groupes Active Directory en temps réel et à grande échelle. Nous allons le tester et créer un AppStack à l’aide d’une application ThinApp installée. Pour ce laboratoire, nous avons déjà préparé le fichier ZIP de ThinApp afin de gagner du temps.

 


 

Lancement de Google Chrome

 

  1. Sur le bureau de la console principale, lancez le navigateur Google Chrome si vous ne l’avez pas déjà ouvert.

 

 

Console de gestion d’App Volumes

 

  1. Cliquez sur le raccourci App Volumes Manager.
  2. Connectez-vous en utilisant l’identifiant administrator.
  3. Mot de passe : VMware1!
  4. Cliquez sur Login

Après l’authentification, vous accédez au tableau de bord d’App Volumes.

 

Conclusion



 

Félicitations, vous avez terminé le module 5

Ce module a commencé par une présentation de ThinApp en expliquant la création de sanbox, les modes d’isolation et les priorités. Nous avons également traité de la création et de l’intégration de ThinApp avec un AppStack.

 

Félicitations ! Vous avez terminé le module 5.

Pour plus d’informations sur VMware App Volumes, essayez l’un des environnements de laboratoire suivants :

Poursuivez avec l’un des modules ci-dessous selon le thème qui vous intéresse.

 

 

 

Comment terminer le laboratoire

 

  1. Pour terminer votre laboratoire, cliquez sur le bouton END.  

 

Module 6 : Thèmes avancés sur App Volumes (45 minutes)

Introduction


Dans ce module, nous allons passer en revue quelques thèmes avancés sur VMware App Volumes.

Le présent module comprend les leçons suivantes :


Connexions TLS dans App Volumes Manager


Vous pouvez modifier le fichier de configuration Nginx afin de vous assurer que l’App Volumes Manager n’accepte que les connexions provenant de versions TLS définies.

Pour communiquer en toute sécurité avec les serveurs et les agents d’App Volumes, App Volumes Manager s’appuient sur les protocoles SSL et TLS.


 

Lancement de Google Chrome

 

  1. Vérifiez que vous vous trouvez sur le poste de travail de la console principale.
  2. Lancez le navigateur Google Chrome si vous ne l’avez pas déjà ouvert.

 

Flux de données dans un environnement App Volumes



 

Flux de données

La Figure 1 montre le flux de données d’App Volumes dans un environnement View classique. Le diagramme illustre un pod View dans un seul Data Center composé de plusieurs blocs View.

 

  1. Le côté gauche de la Figure 1 illustre App Volumes sans connexion directe à l’hôte (option « Mount on Host »).
  2. Le côté droit illustre App Volumes avec connexion directe à l’hôte.

La connexion directe à l’hôte est recommandée pour les déploiements à grande échelle, car le montage des AppStacks et des volumes inscriptibles est plus rapide lorsqu’ESXi effectue directement l’opération, plutôt qu’après avoir attendu que vCenter Server lui demande de monter les volumes.

 

Remarque : la connexion directe à l’hôte nécessite que tous les hôtes ESXi utilisent les mêmes identifiants et mots de passe lors des opérations d’App Volumes. Il n’est pas nécessaire d’activer l’utilisateur root pour configurer cette connexion. Il est possible d’utiliser un rôle personnalisé pour le faire.

Pour les deux options de connexion, l’utilisateur ouvre une session sur son poste de travail View et l’authentification de la connexion s’effectue via le routeur, c’est-à-dire View Connection Server. L’agent d’App Volumes sur le poste de travail View se connecte à l’App Volumes Manager via un répartiteur de charge. L’Agent d’App Volumes vérifie avec l’App Volumes Manager si l’utilisateur doit monter un volume inscriptible et des AppStacks. L’App Volumes Manager récupère ces informations dans la base de données App Volumes SQL.

Sans connexion directe à l’hôte, l’App Volumes Manager demande à vCenter Server de monter les volumes affectés à l’utilisateur. VMware vCenter Server demande à ESXi de monter les volumes. L’association des volumes au poste de travail commence lorsque l’utilisateur se connecte au poste. Tant que l’utilisateur est connecté, ses volumes restent associés à son poste de travail. En cas de déploiement à petite échelle, il convient de ne pas recourir à l’option de connexion directe à l’hôte. En cas de déploiements en production, nous recommandons de choisir l’option de connexion directe à l’hôte afin de minimiser la charge de vCenter Server et d’éliminer les éventuels goulots d’étranglement au niveau des performances.

Avec l’option de connexion directe à l’hôte, l’App Volumes Manager demande à ESXi de monter les volumes. L’association des volumes au poste de travail commence lorsque l’utilisateur se connecte au poste. Tant que l’utilisateur est connecté, ses volumes restent associés à son poste de travail. La connexion directe à l’hôte présente l’avantage que le vCenter Server ne fait pas partie du flux de données. Cette caractéristique s’avère particulièrement utile dans les déploiements à grande échelle, où vCenter Server risque d’être surchargé et de constituer un goulot d’étranglement.

Sur le schéma, la ligne bleue en pointillé indique une communication continue et périodique entre l’App Volumes Manager et vCenter Server. L’App Volumes Manager vérifie si l’hôte est prêt, si le stockage reste disponible et si les machines virtuelles sont toujours en ligne. L’App Volumes Manager indique ensuite à vCenter Server quels sont les volumes à associer au poste de travail. Ces échanges en arrière-plan sont indispensables à tous les déploiements afin de s’assurer que l’état en cours de l’environnement est bien transmis à l’App Volumes Manager. App Volumes Manager effectue des vérifications régulières avec vCenter Server afin de connaître les modifications intervenues dans l’environnement.

Les groupes de stockage des AppStacks sont répliqués dans les blocs View via une banque de données non-attachable.

 

Volumes inscriptibles extensibles


Le volume inscriptible d’un utilisateur peut être étendu s’il a atteint sa capacité maximale ou s’il est sur le point de l’atteindre.


 

Visualisation de la taille des volumes inscriptibles par les utilisateurs

Il est possible de visualiser l’espace restant dans les volumes inscriptibles à partir de l’App Volumes Manager. Vous pouvez également autoriser l’utilisateur à visualiser l’espace libre sur son volume inscriptible, à partir de son volume système.

Pour ce faire, créez une nouvelle clé de registre pendant la configuration de l’agent d’App Volumes : (À titre indicatif uniquement, veuillez ne pas appliquer ces modifications à votre laboratoire).

  1. Accédez à « HKLM\Système\CurrentControlSet\Services\svdriver ».
  2. Dans le dossier « Parameters », créez une nouvelle clé nommée « ReportSystemFreeSpaces » avec une valeur DWORD à 0 (zéro).

 

Cette modification ne sera effective qu’après un redémarrage. Il ne suffit pas de se déconnecter ou de se connecter pour appliquer les modifications.

 

Après avoir modifié le registre et redémarré le système :

  1. L’objet C:\ indique maintenant l’espace libre sur le volume inscriptible de l’utilisateur (soit 8,13 Go au total dans cet exemple).
  2. L’espace total correspond toujours à la valeur cumulée de C:\.

 

 

Extension des volumes inscriptibles

Pour étendre le volume inscriptible de chaque utilisateur à partir de l’App Volumes Manager, indiquez l’emplacement du volume inscriptible de l’utilisateur dans le sous-onglet « Writables » de l’onglet « VOLUMES », puis développez les informations relatives au volume inscriptible en question. Cliquez sur l’option « Expand » du volume, puis saisissez une valeur supérieure par incréments de 1 Go. La taille supplémentaire n’est ajoutée au volume inscriptible qu’après déconnexion et reconnexion de l’utilisateur.

Remarque : l’utilisation de l’espace libre n’est pas prise en compte dans l’App Volumes Manager tant que l’utilisateur ne s’est pas déconnecté, puis reconnecté.

 

Si vous avez encore un volume inscriptible provenant de votre précédent laboratoire ou si vous souhaitez vous mettre à l’épreuve, veuillez poursuivre en confirmant l’extension de votre volume inscriptible.

 

Conclusion


Dans ce module avancé, nous avons pu examiner les connexions TLS dans l’App Volumes Manager. Nous avons également pu voir comment modifier les connexions, le flux de données dans l’App Volumes et enfin les volumes inscriptibles extensibles.


 

Félicitations, vous avez terminé le module 6

 

Félicitations ! Vous avez terminé le module 6.

Pour plus d’informations sur VMware App Volumes, essayez l’un des environnements de laboratoire suivants :

Poursuivez avec l’un des modules ci-dessous selon le thème qui vous intéresse.

 

 

 

Comment terminer le laboratoire

 

  1. Pour terminer votre laboratoire, cliquez sur le bouton END.  

 

Conclusion

Merci d’avoir participé aux laboratoires d’essai en ligne VMware. Visitez le site http://hol.vmware.com/ pour poursuivre ce laboratoire en ligne.

SKU du laboratoire : HOL-1851-03-ADV

Version : 20180424-122225